Les leaders mangent en dernier

Les leaders mangent en dernier

La conférence TED de Simon Sinek est légendaire. J’ai regardé “Start With Why” plusieurs fois et j’ai également lu il y a un certain temps le résumé du livre sur Blinkist.


“Leaders Eat Last” est son dernier ouvrage, dans lequel il essaye d’expliquer pourquoi le monde d’aujourd’hui semble être partagé entre les leaders et ceux qui les suivent – et ce qui fait qu’un dirigeant mérite d’être suivi.

Voici les trois points essentiels que j’ai retenu de ce résumé :

  1. La sécurité est synonyme de progrès.
  2. La responsabilité implique de se soucier réellement des gens.
  3. La technologie nous a transformé en accros de la performance.

Tout ceci mérite un développement détaillé, donc le voici !

 

Leçon 1 : la sécurité est synonyme de progrès. Et les leaders la garantissent. 

Pensez à la dernière fois où vous avez énormément progressé dans l’un de vos amusants petits projets en parallèle. Où tout ce que cela vous apportait était la joie de le réaliser.

Etiez-vous inquiet à l’idée de régler les factures ?

Sans doute pas.

Si vous avez pu vous concentrer entièrement au développement de quelque chose qui vous tient à coeur, c’est parce que vous disposiez déjà vos besoins fondamentaux à ce moment précis. Si ça n’avait pas été le cas, il aurait été peu probable que vous passiez 8 heures à jouer de la guitare sans vous en préoccuper.

Notre cerveau se met toujours en mode sécurité par défaut, pour une raison simple : c’était nécessaire par le passé, sinon nous ne serions pas là. 

Aujourd’hui, tous nos problèmes concernant la sécurité sont liés à l’argent, mais nos ancêtres en avaient eux beaucoup plus : ils devaient fuir des tigres à dents de sabre, se cacher de leurs ennemis, se protéger des maladies mais aussi chasser et ramasser de quoi se nourrir et trouver un endroit où vivre.

Le progrès n’a fait son apparition qu’une fois qu’ils ont commencé à se déplacer en groupe et à déléguer des tâches. Quand John s’occupe de cueillir les baies, que Jason chasse des sangliers et que Jenny découvre une grotte sympa, Joshua peut passer du temps à fabriquer une nouvelle lance. 

C’est pourquoi le travail d’un leader consiste à garantir la sécurité de ceux qui le suivent, pour qu’ils puissent se concentrer sur le développement de leur vision commune. Plus le cercle de sécurité du groupe est grand, plus on progresse rapidement.

Par exemple, Google a établi un cercle de sécurité assez impressionnant autour de ses employés. Nourriture gratuite, réunions pour poser toutes sortes de questions et 20% de temps libre pour les employés constituent un environnement plutôt sain.

Une fois qu’éviter les menaces ne vous préoccupe plus, vous pouvez commencer à vous améliorer.

Remarque : c’est pour cette raison que je travaille comme un dingue pour arriver à un revenu passif de 1 000 $ par mois 🙂

Leçon 2 : la responsabilité implique de se soucier réellement des autres, alors ne soyez pas distant.

Supposons que vous gériez les finances de votre entreprise. Alors, votre responsabilité pourrait être de “répartir le budget de telle sorte à maximiser les profits”.

Mais en réalité, vous devez veiller à ce que l’argent aille aux personnes qui en feront le meilleur usage. Peut-être que vous voulez supprimer une division. Si c’est le cas, vous fermez non seulement une partie de l’entreprise, mais vous privez aussi les employés de leur sécurité en les renvoyant.

Cela ne signifie pas que vous devriez essayer de sauver tout le monde, mais vous devez être conscient que les conséquences de vos actes en tant que leader ont une incidence directe sur la vie des salariés. 

C’est pourquoi l’empathie est le trait le plus important d’un dirigeant. Si vous arrivez à vous mettre vraiment à la place des autre, vous vous soucierez sincèrement d’eux et vous mériterez donc qu’ils vous suivent.

Lorsque les entreprises se développent, on peut facilement être distant et quand cela se produit, les conséquences de vos actes semblent moins réelles. Les leaders prendront donc souvent des décision aux dépens des autres personnes. 

Par exemple, en 2009, la Peanut Corporation of America a sciemment expédié des cacahuètes contaminées afin de maintenir la trésorerie à flot, ce qui a provoqué une crise de la salmonelle dans tout le pays.

Mon répertoire d’adresses e-mail compte aujourd’hui 1 500 personnes. Il n’est pas difficile d’envoyer un courriel en masse, mais cela m’a rappelé que derrière chaque adresse électronique se trouve un être humain et qu’il est de ma responsabilité de leur envoyer le meilleur mail possible ainsi que le plus utile.

Remarque : pour plus d’informations, jetez un oeil à l’expérience de Milgram.

Leçon 3 : la technologie nous a transformé en accros de la performance, à la recherche de la prochaine montée de dopamine.

Notre ancêtre Grok a été très heureux quand il a atteint cette euphorie du coureur sur les derniers mètres avant la grotte, ce qui lui a permis de se mettre en sécurité et de ne pas être mangé par un ours.

Mais aujourd’hui ce n’est plus un problème, c’est pourquoi vos cellules sécrétant de la dopamine ont décidé de vous récompenser plutôt pour vos excellentes performances. Les systèmes de gratification des entreprises fonctionnent souvent selon le mantra “plus on en fait, mieux c’est”, mais malheureusement, chaque nouveau record de vente que vous établirez vous rendra moins satisfait.

Au lieu de se concentrer sur une valeur durable, on change les couleurs de notre photo de profil sur Facebook ou on écrit un tweet qui comporte un hashtag en lien avec les droits de l’homme, et on se sent vraiment bien parce qu’on a accompli une tâche.

C’est beaucoup plus facile que de sortir réellement, pour faire par exemple du bénévolat et agir ; notre cerveau se contentera donc du “j’aime” sur Facebook comme substitut.


Cela reste quand même addictif et vous donnera l’impression d’être vide à l’intérieur. Par conséquent, n’attendez pas la prochaine vidéo marrante de chats, mais réalisez à la place quelque chose de difficile  – vous éprouverez par la suite un vrai sentiment d’accomplissement .