Les 7 habitudes des gens efficaces

Les 7 habitudes des gens efficaces

Je serais très étonné que vous n’ayez jamais entendu parler de ce livre. En effet, il a été vendu à plus 25 millions d’exemplaires, c’est comme si chaque personne de la population vénézuélienne en avait reçu un exemplaire. Je ne suis pas sûr que Stephen R. Covey ait pressenti le succès qu’aurait son livre lorsqu’il l’a publié en 1990, mais ce qui est certain, c’est que plusieurs années après son décès, Les 7 habitudes des gens efficaces est toujours la bible du leadership et du management moderne.

pub-haut

Les 7 habitudes originales dont il est question sont :

  1. Soyez proactif
  2. Commencez avec la fin en tête
  3.  Pensez gagnant-gagnant
  4. Cherchez à comprendre, puis à vous faire comprendre
  5. Faire de la synergie son alliée
  6. Maintenir et renouveler ses facultés personnelles

Les 3 premières habitudes concernent votre indépendance, alors le succès sera sûrement « privé », selon M.Covey. Les 3 autres vous serviront à changer d’objectif pour vous concentrer sur l’interdépendance. Lorsque vous recherchez la coopération plutôt que la compétition, vous « gagnez en public » également et obtenez un succès mondial. La dernière habitude vous sert à vous ressourcer pour que vous ne fassiez jamais de burn out, où que vous n’en fassiez trop.

Intéressons-nous à ces 3 habitudes supplémentaires d’un peu plus près :

  1. Passez le test des funérailles
  2. Apprenez à dire « non »
  3. Entraînez-vous à l’écoute active

Il est temps de découvrir comment devenir très efficace à la fois au travail et dans la vie !

Règle n°1 : Passez le test des funérailles

C’est l’habitude que M. Covey nomme « Commencer quelque chose lorsqu’on sait comment la finir ». De cette façon il montre que remplir beaucoup de tâches dans un temps préférablement court (c’est-à-dire être efficace), est utile seulement lorsque vous regardez dans la bonne direction.

L’analogie la plus fréquente est la suivante : vous grimpez sur une échelle avec détermination pour vous rendre compte en rejoignant le sommet qu’elle est apposée contre le mauvais mur. Ce n’est qu’en déterminant clairement vos objectifs majeurs et à long-terme que vous pourrez les mettre chacun en application à travers vos décisions.

La meilleure façon pour connaître clairement vos objectifs est le test des funérailles, et de loin. Demandez-vous :

  1. Qu’ai-je envie que les gens disent de moire lors de mes funérailles ?
  2. A quel type de personne ai-je envie que les gens pensent en pensant à moi à ce moment-là ?
  3. Qu’est-ce que j’ai envie que les gens retiennent de moi après mon décès ?

Selon les relations que vous avez (famille, amis, clients, partenaires), vous pouvez également vous demander quel sera le nombre de gens qui seront présents à votre enterrement.

Comme Steve Jobs l’a dit :

« Toutes les attentes extérieures, la fierté, la peur des difficultés ou des échecs… toutes ces choses s’écrasent devant la mort, ne laissant derrières elles que ce qui compte réellement. »

Si vous répondez honnêtement à ces questions, vous réaliserez que vous ne voulez peut-être pas d’une vie de type « classe affaire » ou que ce que vous avez toujours voulu faire, c’était de la danse. Alors soyez fort et posez-vous ces questions.

Règle n°2 : Apprenez à dire « non »

Savoir où vous voulez aller exactement vous permettra de distinguer ce qui est important pour vous de ce qui ne l’est pas. Lorsque vous connaîtrez clairement votre objectif ultime, vous aurez au moins une idée de ce qui est réellement important pour chaque chose que vous aurez à faire.

Vous verrez que souvent, les choses importantes ne sont pas urgentes et vice versa. Ce qui signifie que certaines n’ont pas à être faites. Donc pour ce genre de choses, vous devrez finalement dire « non » et ce n’est pas évident, surtout lorsqu’il y a de l’argent en jeu. Mais comme le dit M. Covey: « Commencez par le commencement »

Parfois, des récompenses tentantes s’offriront à vous. Il sera alors temps de ressortir le test des funérailles pour vois si ces récompenses servent notre objectif final.

J’ai pour cela essayé de m’inspirer de Derek Sivers, qui dit que c’est soit un « oui » franc soit « non ». Il est incroyablement concentré sur quelques petites choses, mais ces petites choses donnent du sens à sa vie.

Règle n°3 : Entraînez-vous à l’écoute active

Ce qui est bien lorsqu’on on refuse de faire certaines choses, c’est que cela nous permet de passer du temps à écouter les autres. L’écoute active fait partie de notre « Coaching 101 » sur coach.me, et est une approche de la communication, en 3 étapes :

  1. Vous écoutez pour comprendre ce que veut dire la personne que vous écoutez, pas pour immédiatement donner un conseil ou une réponse.
  2. Vous vous assurez de comprendre en répétant ce que vos interlocuteurs ont dit précédemment en reflétant leurs émotions.
  3. Vous les aidez à structurer leur propre pensée.

Cela a été l’une des règles majeures que j’ai apprise lors de mes 6 premiers mois en tant que coach : un bon coach se reconnaît plus par la qualité des questions qu’il pose que par la qualité de ses réponses. M. Covey appelle ça : « Chercher à comprendre, puis à être compris ». Ceci est un appel à la pratique de l’écoute active et de l’empathie.

De la même que vous doutez de votre médecin lorsqu’il vous prescrit de lourds antibiotiques après vous avoir entendu tousser une fois, nous avons tendance à ne pas faire confiance aux gens qui selon nous, ne nous comprennent pas vraiment.

pub-haut

Faites un effort pour écouter dans le but de comprendre au lieu d’écouter pour répondre. Une bonne façon de vous entraîner est de parler moins, tout simplement.