Steve Jobs

Steve Jobs

Ma mère m’a offert Steve Jobs, le jour de la Saint Nicolas en 2011, juste après que le livre soit sorti (soit 3 semaines après la mort de Steve Jobs). C’est un gros livre mais il est fascinant.

pub-haut

Écrit par Walter Isaacson, l’ancien directeur général de CNN et le rédacteur en chef du Time Magazine, ce livre sur la vie de Steve Jobs est non seulement le plus juste et détaillé mais également le seul autorisé, puisqu’il a été écrit avec le consentement du principal intéressé.

Walter Isaacson a mené 40 interviews auprès de Steve Jobs au cours des deux dernières années qui ont précédé sa mort.  Voici 3 choses intéressantes que j’ai lues dans le résumé, et que vous ne trouverez probablement pas ailleurs :

  1. L’équipe de Steve Jobs a inventé un nom pour désigner sa compétence majeure : le champ de distorsion de la réalité
  2. Le nom Apple a été choisi pour une raison bien spécifique
  3. Steve Jobs n’est pas devenu milliardaire grâce à Apple mais grâce à Pixar

Regardons de plus près ces informations !

 

Règle n°1 : Le champ de la distorsion de la réalité de Steve Jobs doit son nom à son équipe

La compétence qui a permis à Steve Jobs de créer l’image d’Apple à partir de rien, n’était pas son obsession du détail, ni son sens du design ou de l’esthétique.

En réalité c’était le champ de la distorsion de la réalité, ou CDR. L’expression a été utilisée pour la première fois par Bud Tribble, membre de l’équipe Macintosh et qui l’avait empruntée à Star Trek.

Parler du champ de la distorsion de la réalité de Steve Jobs est une chose, mais voilà ce que cela signifie :

Une fois que Steve Jobs avait décidé que telle chose devait advenir, il faisait en sorte plier la réalité à son souhait jusqu’à qu’il se réalise.

Cela s’exerçait sur tous ceux qui l’entourait. Son CDR est ce qui lui a permis de convaincre une équipe d’ingénieurs en manque de sommeil de travailler 10 heures supplémentaires sur les polices de caractères Macintosh, car ce serait le meilleur ordinateur du monde.

Il a également utilisé son CDR pour s’assurer que tous ceux qui sortait d’une présentation officielle d’Apple étaient convaincus que le produit qu’ils venaient de voir était ce qu’il se faisait de mieux dans le domaine.

A force de charisme, d’hyperboles, de marketing et de persistance, Steve Jobs a réussi à mettre l’impossible dans le champ du possible de son point de vue et de celui de public, ce qui lui a permis de créer ce qui est devenu l’entreprise technologique avec la plus grande valeur au monde.

Règle n°2 : Le nom « Apple » a été choisi pour une raison bien spécifique

La première chose que se demandent les gens qui veulent en apprendre plus sur Apple et ses produits, c’est d’où vient le nom de la marque.  L’entreprise ne vend pas de centrifugeuse pour faire des smoothies après tout.

Bien sûr, il existe plusieurs explications à ce nom de marque. La première serait que Steve Jobs expérimentait souvent des régimes à base de fruits et, comme il aimait beaucoup les pommes, il s’est rendu dans une pommeraie le jour même où le nom de la marque devait officiellement être déposée.

Une autre raison serait que « La simplicité est la raffinement ultime », d’après une citation de Léonard de Vinci qui était le slogan d’Apple sur sa première brochure, et Steve Jobs trouvait que la pomme illustrait bien cette citation.

Mais la raison principale de ce choix de nom de marque n’aurait rien à voir avec des goûts personnels et un certain symbolisme. C’est simple, ce serait une décision purement commerciale : Apple arrive avant Atari dans l’annuaire.

Steve Jobs avait auparavant travaillé chez Atari et ne voulait pas que les gens voient son concurrent en premier lorsque ceux-ci cherchaient à joindre une entreprise informatique.

Je ne suis pas sûr que Phaser Beam Computers était déjà en jeu (Matric Electronics l’était pour sûr), en tout cas, la discussion autour du nom de l’entreprise est également l’une des scènes les plus drôles du film sur Steve Jobs sorti en 2013.

Règle n°3 : Steve Jobs n’est pas devenu milliardaire grâce aux produits Apple mais grâce à l’introduction en bourse de Pixar

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui a rendu Steve Jobs milliardaire ? Tout le monde pense que l’argent qu’il gagnait venait d’Apple, mais en réalité, son compte en banque a enregistré les plus grosses rentrées d’argent grâce à un tout autre projet.

Après avoir été viré d’Apple en 1985, Steve Jobs s’est investi dans 2 projets : NeXT et Pixar.

Investir, implique également de l’argent dans ce cas-là : Steve Jobs a payé 100 000 $ de forfait pour le seul design du logo de NeXT. Ça, plus beaucoup de retard et certaines autres exigences en matières de normes de productions assez coûteuses, ont fait de NeXT un gouffre financier.

Concernant Pixar, Steve Jobs a acheté la majorité des parts de l’entreprise (80 %) à George Lucas (parts qui avaient une valeur de 5 millions de dollars en 1986), et a investi 5 autre millions de dollars directement dans l’entreprise.

En 1995, la valeur des parts de Steve Jobs chez Pixar avait grimpé jusqu’à 50 millions de dollars. Il a souvent été tenté de vendre ses parts, jusqu’au jour où un accord avec Disney a été passé pour produire et distribuer le dessin animé Toy Story en 1995.

Après avoir généré plus de 350 millions de dollars, Toy Story est devenu le meilleur dessin animé de l’année, ce qui a donné formidable image de l’entreprise et qui a fait sa première entrée en bourse le 29 novembre, cette année

Les actions de l’entreprise été vendues 22 dollars par action, ce qui a permis à Steve Jobs d’obtenir un retour sur investissements multiplié par 20, faisant de lui un milliardaire du jour au lendemain.

pub-haut

La valeur de ses actions s’élevait alors à 1,2 milliards de dollars.