Les plus grandes réussites du web

Les plus grandes réussites du web

Nous avons tous déjà eu cette discussion avec un groupe d’amis où on cherchait à résoudre un problème. Combien de fois avez-vous dit “C’est une super idée, on devrait vraiment le faire !” ou “On va faire fortune !”

pub-haut

Certaines de ces idées géniales peuvent donner naissance à Google, Apple, ou Uber. La plupart des concepts commerciaux échoueront la première année, qui est la période la plus critique dans le lancement d’une start-up. Mais ce qui se passe réellement au début de l’existence de ces organisations surprendra quiconque n’en faisant pas partie. En général, les seuls qui aient vraiment vécu cette expérience et qui peuvent en parler sont les fondateurs.

Dans “Founders at Work: Stories of Startups’ Early Days”, Jessica Livingston regroupe un ensemble d’interviews uniques de certains de ces fondateurs de grandes startups comme PayPal, TiVo, Yahoo ou encore TripAdvisor.

Voici 3 leçons que l’on peut apprendre sur la création d’une entreprise grâce à ces entrevues  :

  1. Commencez avec une idée c’est bien, mais avoir une équipe compétente c’est mieux.
  2. Trop d’argent de la part des investisseurs peut en réalité nuir au projet d’une start-up.
  3. Pour créer un produit utile, il faut écouter ses clients.

Vous voulez devenir une petite souris pour savoir ce qui s’est passé dans ces entreprises à succès? Alors continuez à lire. Voyons comment la crème de la crème a fait.

 

Leçon 1 : quand vous lancez votre entreprise, avoir une équipe compétente est plus important qu’avoir une bonne idée.

En 1993, Joe Kraus, co-fondateur d’Excite, premier outil de recherche web, s’est associé à cinq de ses amis de l’université Stanford. Ils ont démontré qu’avoir une bonne équipe s’avérait plus important qu’avoir un bon plan. Kraus et ses amis ne savaient même pas ce qu’allait être leur entreprise, tout ce qui était sûr c’était qu’ils étaient passionnés et intelligents. Il ne leur fallait qu’un objectif.

L’idée leur est venue à un stand de tacos, où ils ont commencé à réfléchir à une solution pour pouvoir chercher toutes les nouvelles informations sous forme numérique. Ils savaient que les gens auraient besoin de nouveaux moyens pour effectuer des recherches et les affiner.

Ils se sont rapidement tourné vers le web. Après avoir prouvé que leur technologie pouvait réduire d’énormes bases de données, ils ont obtenu un financement de 3 millions de dollars. Leur nouvelle entreprise, Excite, est devenue le premier outil de recherche pour Netscape, le navigateur web le plus important de l’époque. Quand vous vous lancez, il ne faut pas vous focaliser directement sur une seule idée, il est préférable d’avoir d’abord une équipe suffisamment flexible et souple pour pouvoir vous développer de la meilleure manière possible une fois que l’entreprise sera connue.  

Leçon 2 : De nombreux fondateurs conseillent de réduire les coûts ou de trouver un moyen d’éviter d’attirer de nouveaux investisseurs. 

L’argent des investisseurs s’accompagne souvent de conditions. Elles peuvent prendre diverses formes : de l’ajout de postes de cadres approuvés par les investisseurs à la cession de parts dans l’entreprise ou d’un pourcentage des bénéfices.

Joel Spolsky, fondateur de Fog Creek Software, s’est fixé pour objectif d’éviter d’utiliser les capitaux des investisseurs. Son idée était d’ouvrir un cabinet de conseils qui attirerait de bons programmeurs. Pour cela, il a créé un environnement de travail agréable, différent d’une organisation que l’investisseur-type pourrait imaginer.

Plutôt que d’avoir des programmeurs qui travaillent dans un open-space tel un atelier clandestin, Spolsky leur a offert leur propres bureaux avec des sièges confortables. Ils voyageaient en première classe et avaient quatre semaines de congés par an. Les investisseurs potentiels ont peut-être considéré cela comme des dépenses inutiles. Ils auraient préféré observer une gestion comme celle-ci moins coûteuse, sans trop d’extras.

L’autre plan de Spolsky pour s’assurer qu’il n’avait pas besoin de capital-risque était de faire passer le prix de $199 à $999 par unité. Il s’est rendu compte que le prix le plus élevé donnait aux clients l’impression que le produit avait plus de valeur et faisait vendre plus.

Paul Graham, co-fondateur de Viaweb, Y Combinator, et d’autres sociétés, a lui développé une autre approche pour éviter d’avoir recours au capital-risque. Il veut garder des prix bas, ce que de nombreux fondateurs de startups conseillent. A chaque centime que vous prenez à un investisseur, vous perdez de l’autonomie, et vous vous retrouverez à la merci des autres. Dépensez peu et adoptez un style minimaliste et bohème plutôt que luxueux et onéreux.

Leçon 3 : quand on créer un produit ou un service dont les gens ont réellement besoin, il est préférable d’écouter et d’être transparent. 

Quand Jessica Livingston interviewait les fondateurs, le conseil qui est revenu le plus souvent était l’importance d’écouter les clients. C’est primordial pour concevoir quelque chose ayant une vraie valeur.

Pour Paul Graham, il s’agit là des fondements mêmes d’une entreprise. Créer un produit ou un service qui rend les gens heureux puis convertir cette joie en argent.

C’est pourquoi il est si important d’écouter vos clients et de déterminer ce qu’ils veulent vraiment. L’honnêteté est aussi la clé. Dans le cas de Viaweb, Graham et son co-fondateur Robert Morris, ont entrepris de créer le meilleur logiciel de commerce en ligne du marché. Ils surveillaient non seulement le degré de satisfaction de leurs clients mais aussi la qualité des produits de leurs concurrents. Il n’y avait que comme cela qu’ils pouvaient affirmer honnêtement que Viaweb proposait le meilleur produit.

pub-haut

D’autres pourraient soutenir que la meilleure façon de générer des ventes est de faire preuve de charme et de subtilité. Graham maintient lui que l’honnêteté est l’outil le plus précieux pour gagner la confiance des consommateurs et des entreprises.